Macbeth Kanaval

Atelier hors champ

Création de l'Atelier hors champ à partir de MacBeth de William Shakespeare

Mise en scène
Pascale Nandillon

Pièce pour 6 comédiens
Séverine Batier
Aliénor de Mézamat
Serge Cartellier
Alban Gérôme

Myriam Louazani
Sophie Pernette

Assistante à la mise en scène
Aliénor de Mezamat

Collaboration artistique, scénographie et création sonore
Frédéric Tétart

Lumières
Frédéric Tétart
et Soraya Sanhaji

Régie lumières
Soraya Sanhaji

Costumes
Odile Crétault

Construction décor
Loïc Richard

Durée
2h

En partenariat avec le Théâtre du Soleil

Coproduction
Atelier hors champ, L'espal- scène conventionnée (Le Mans), La Fonderie (Le Mans)
Avec l'aide à la production d'Arcadi, l'aide à la création de l'Etat - Préfet de la région Pays de la Loire, l'aide à la création du Conseil régional des Pays de la Loire, l'aide au projet de l'Adami et de la Spedidam et le soutien de la Fonderie et du Théâtre du Soleil.
Avec l'aide à la diffusion nationale du Conseil Régional des Pays de la Loire et l'aide à la diffusion Spedidam.

Pascale Nadillon a été artiste associée à L'espal - scène conventionnée entre 2009 et 2012

© Nicolas Thevenot / Frédéric Tétart

 

Macbeth, fable sanglante et hallucinée, raconte la chute d’un homme qui s’empare du pouvoir par le meurtre et qui règne par la folie, rongé de culpabilité. Cette adaptation concentre et précipite le récit pour en faire un long poème dramatique, incarné par six acteurs et une partition sonore, mêlant les bandes son de versions précédentes de l'oeuvre aux voix des vivants. En s’inspirant des pratiques collectives de convocation et de conjuration des morts et de la figure de bouc émissaire, Macbeth Kanaval revisite ce qui est le théâtre du pouvoir, sa mascarade, un carnaval noir. Le plateau devient l’espace rituel où se rejoue le sacrifice « spectaculaire » du tyran.


Représentations du lundi 16 au samedi 28 février à 20h30
Dimanche 22 février à 16h
Rélâche les jeudi 19, mardi 24 et mercredi 25
En partenariat avec le Théâtre du Soleil

 

La presse en parle

" Pascale Nandillon racle l’oeuvre de Shakespeare qu’elle dépiaute jusqu’à en faire gicler les nerfs, jusqu'à nous faire grincer les dents. Mise en scène à vif d’un texte et réflexion sur le pouvoir et l’hystérie sanglante où le meurtre est la règle. Expérimentation qui fragmente l’oeuvre et la concentre sur le couple infernal (...) ce théâtre d’ombres sanglantes semble s’inventer sous nos yeux. Le jeu est sciemment dénoncé parce que l’enjeu est ailleurs. (...) La forme est mouvante, instable. Rien n’est stable d’ailleurs dans cette formidable création." Denis Sanglard, Un Fauteuil pour l’Orchestre

"C'est une esthétique héroïque, ancienne, asiatique, faite de morceaux collés d'images, de matières. Des films en noir et blanc de Kurosawa passent et repassent comme des mantras, des gramophones crachent des discours. Les personnages se changent et se maquillent à vue, pris peu à peu dans la folie d'une histoire qu'ils croyaient maîtriser, fous d'avoir cru à leur propre héroïsme." Willy Boy, Le Souffleur

"Entre rêve et cauchemar, ce Macbeth Kanaval palpite d’une beauté crépusculaire, incandescente d’une portée bouleversante." Marie Plantin, Première.fr

" Les mots du vieux poète sont extirpés, attrapés comme des dépouilles fumantes. Ou des hallucinations qui reprennent vie et corps. Ou encore des insectes qu’on observe, décryptés dans une lumière froide. Des apparitions qui orchestrent des rituels obsédants. (...) Sous les ruines d’un texte écrasant, écrasé du poids de son propre mythe, les acteurs de l’Atelier hors champ fouillent, exhument ses (beaux) restes, et ne s’embarrassent pas de sa prétendue autorité (...) Devant nous, ils prennent les coups, et rentrent dans l'arène." Bruno Tackels, Mouvement