Madame

Betty Tchomanga

Coproduction CDC Atelier de Paris

 

Conception : Betty Tchomanga
Interprétation : Aina Alegre, Lise Vermot, Chiara Gallerani
Collaboration artistique : Mariette Niquet-Rioux
Musique : Gloria Jacobsen
Espace : Mariette Niquet-Rioux et Yannick Fouassier
Lumière : Yannick Fouassier
Régie lumière : Jean-Marc Ségalen
Costumes : Mariette Niquet-Rioux

Production  LOLA GATT
Coproductions / résidences :
Centre de Développement Chorégraphique de Toulouse/Midi-Pyrénées. Le Quartz, scène nationale de Brest en partenariat avec Le Mac Orlan, Ville de Brest. L’Avant-scène, Cognac. CDC Atelier de Paris – Carolyn Carlson. L’Hermine – Espace Culturel de Sarzeau, Presqu’île de Rhuys. LE CND, un centre d’art pour la danse, Pantin.
Accueils studio : O espaço do tempo, Montemor-O-Novo (Portugal). La Briqueterie, Centre de Développement Chorégraphique du Val-de-Marne.
Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Bretagne, du Conseil régional de Bretagne et de la ville de Brest.
Ce projet bénéficie du soutien de la SPEDIDAM et de l’ADAMI.

 

 

Cette pièce parle d’une femme, d’une « folle ». C'est la « folle de la famille », la « folle du quartier ». Elle n'est pas dans la norme, elle « déraille » parfois.

Madame est un trio, un montage chorégraphique de trois solos. On y suit, en parallèle, le parcours de trois femmes, trois performeuses. Chacune d’elles incarne les danses, les histoires et les voix d’un même personnage : Madame.

Madame a plusieurs temporalités. Elle est la star déchue. Elle est aussi la jeune femme qui rêve d’un passé qu'elle n'a pas connu mais dont elle aimerait faire son avenir. Elle est enfin la mère.

« Avec Madame, je propose une pièce sur la psychose féminine dans ses aspects les plus effrayants et les plus fascinants. C'est dans les corps d’actrices comme Gloria Swanson dans Sunset Boulevard ou Gena Rowlands dans Une femme sous influence que je retrouve ce mélange d’effroi et de fascination qu'évoque pour moi la folie. C'est à partir de ces femmes que je vais développer les corps des personnages qui évoluent dans Madame. Leurs danses et leurs présences seront travaillées comme si l’on était au cinéma. »

Ainsi, Madame devient la figure allégorique d’un personnage naviguant dans des espace-temps où réel et fiction se confondent sans cesse.