Rencontre - La danse fait-elle toujours des vagues ?

Charlotte Imbault et Gérard Mayen

  Réserver en ligne   

Rencontre proposée
par Charlotte Imbault,
rédactrice en chef
de la revue watt
et Gérard Mayen,
critique de danse.

Entrée libre
sur réservation

© Charlotte Imbault

 

La danse fait-elle toujours des vagues ?


Des artistes chorégraphiques engagent leurs pratiques au contact d'un contexte social, politique, écologique, riche en tensions ; mais sans qu'apparemment en émane un mouvement de rupture, manifeste et référent. A moins que ?

Un après-midi de partage et réflexion le 14 juin 2018 à l'initiative de Charlotte Imbault et Gérard Mayen, critiques de danse

Comment traiter avec le calme apparent, régnant sur la scène chorégraphique, alors que questions, enjeux, difficultés, tensions et aspirations se manifestent de façon aiguë, parmi les artistes comme dans leur environnement ? Aucune vague ne semble se soulever – alors que cette figure de la vague habite l'imaginaire historique de la danse de l'Hexagone.

Nos outils d'observation et d'analyse sont-ils insuffisants ? Un mouvement serait-il en train de se produire, mais qu'on discernerait mal, parce que se développant essentiellement ailleurs que sur les plateaux de la représentation spectaculaire. Cela consisterait en l'activation de ce qui, de la danse, imprègne les dimensions diffuses du partage sensible, dans les plis et replis du tissu de la société ; suscitant remises en cause et expérimentation alternatives.

La journée de réflexion visera avant tout à faire entendre l'expérience des artistes.

 

> Avant-programme

- Introduction : Julie Perrin (Département danse - Université Paris 8). Tours et détours des désignations de vagues, courants, écoles, manifestes.

- Deux témoignages :  Laetitia Angot, à propos de la "Permanence chorégraphique" dans le quartier de la Porte de La Chapelle (Paris). Barbara Manzetti, à propos du projet "Rester étranger – Une hospitalité absolue dans la langue" développé aux côtés de migrants.

- Une table ronde : Rupture ou aménagement ? Rupture ou continuation ?

Les pratiques ici évoquées font-elles rupture, ou sont-elles déjà assimilées par les dispositifs de médiation, sensibilisation et intervention socio-éducative des politiques culturelles institutionnelles ? Font-elles rupture ou reconduisent-elles une tradition déjà repérable dans l'histoire de la modernité en danse ?

Participant・e・s : Catalina Insignares, Myriam Lefkowitz, Carole Perdereau, Jean-Baptiste Veyret-Logerias, Virginie Thomas …

- Débat