L'L a 25 ans - jeudi 24 mars

Emmanuel Eggermont
Pamina de Coulon

Renseignements
01 417 417 07

 

 

Réservations
01 417 417 07

info@atelierdeparis.org 

Le calendrier complet des 25 ans de L'L à découvrir ici

ATTENTION CHANGEMENT DE PROGRAMME

jeudi 24 mars | soirée composée, à 20h30
Emmanuel Eggermont | Vorspiel op.3
création
Pamina de Coulon | FIRE OF EMOTIONS : GENESIS
création
Mathieu Jedrazak | (sans titre)
recherche en cours
Axel Cornil et Valentin Demarcin | Vous avez vu ma ruine et vous avez eu peur
recherche en cours
CDC Atelier de Paris-Carolyn Carlson | Paris

Le deuil est national en Belgique ; le temps n’est pas à la fête... Mais ne renonçons pas, chacun, à poursuivre la route !
Résister à la terreur et être solidaires avec toutes les personnes affectées, c’est aussi cela.
C’est pourquoi, nous ne fermons pas les portes.
C’est pourquoi, les 25 ans de L’L à Paris sont maintenus.
Cependant, le Centre Wallonie-Bruxelles sera fermé ce jeudi 24 mars. L’après-midi composé qui y était prévu aura malgré tout lieu, mais en soirée et au CDC Atelier de Paris-Carolyn Carlson.

Emmanuel Eggermont | Vorspiel op.3

création

Avec en artiste-invité, le guitariste William Rollin, Emmanuel Eggermont et Jihyé Jung tracent avec précision un espace-temps hors du temps, tout en lignes pures, pointillés et noirs/blancs.

Prélude, ouverture, introduction (Vorspiel, en allemand)... Une pièce en trois opus avec, à chaque fois, deux interprètes et un-e invité-e sonore ou musical-e. Trois études, pour de mêmes intentions : s’interroger sur ce qui précède, ce qui est en devenir, sur la construction et la déconstruction.
Vorspiel
s’entend comme un temps d’expérimentations, de rencontres et d’échanges. Un espace de recherche aussi ; ou plus précisément, une recherche sur l’espace. Plus que sur des atmosphères, Emmanuel Eggermont travaille en effet ici sur des architectures (du lieu, de la dramaturgie, des corps).
La particularité de ce projet est sa capacité à se réinventer à chaque représentation, en fonction de la personnalité de ses invités et des espaces investis.
À travers sa série de « presque objets chorégraphiques », Vorspiel cherche à offrir la possibilité de moments privilégiés, d’espaces-temps de spiritualité, de recueillement…

Emmanuel Eggermont est en recherche à L’L depuis début 2010.


Pamina de Coulon | FIRE OF EMOTIONS : GENESIS
création

Après Si j’apprends à pêcher, je mangerai toute ma vie et son soliloque aux accents existentialistes, Pamina de Coulon revient pour parler (bien sûr)… mais cette fois du voyage dans le temps !

FIRE OF EMOTIONS : GENESIS orbite autour d’un sujet des plus fantasmés : le voyage dans le temps. Plus précisément, c’est un projet dont le voyage dans le temps (et ses multiples spéculations) est à la fois le motif central, et un prétexte pour aborder tout autre question sur notre rapport au monde. En somme, un discours qui pourrait bien s’avérer infini.
Pour ce projet, il est question de puiser dans les forces irrationnelles de la science (des mathématiques mystiques de Pythagore aux « erreurs » d’Einstein), tout autant que dans les très rationnels mondes de possibles que nous offre la science-fiction. Sont également questionnées les narrations les plus communément admises de notre réalité, et leur monopole. Il est aussi question de chronologie et de causalité, de notre capacité à l’abstraction et à reprendre conscience de notre propre pouvoir. A un certain moment, est également abordée la notion de sorcellerie capitaliste
En définitive, la narration est le fond et la forme de la pratique de Pamina de Coulon et, cette fois encore, tout prend source dans sa très têtue volonté de (tout) comprendre. Dans ce nouveau projet, elle pousse encore plus loin son développement d’un système explicatif qui puisse l’aider à contenir (un peu) l’expansion de l’inconnu, à travers une exploration des implications morales et politiques auxquelles nous sommes inévitablement confronté.e.s lorsque l’impossible devient possible.
En bref, ce qui alimente ce grand FIRE OF EMOTIONS : GENESIS, ce sont les gigantesques mais constants mouvements du cosmos –du temps lui-même– en tension permanente avec les très temporaires interprétations de la réalité que sont nos émotions.

Pamina de Coulon est en recherche à L’L de début 2011 à fin 2015.



Mathieu Jedrazak | (sans titre)

recherche en cours

Pour sa première recherche à L’L, Mathieu Jedrazak creuse la notion formelle du récital jumelée à l’idée de l’autobiographie, voire de l’autofiction. Un travail pour lequel il convoque différents outils : le chant, l’alto, le corps, et la parole… La balance entre le « noble » et le « populaire », les questions de la virtuosité, de l’abstraction et de l’engagement : autant d’axes qui sont venus, avec le temps, articuler ce travail d’écriture plurielle.

 « Au départ, je suis venu rechercher à L’L sur un projet intitulé www.Ma-flûte.com, en hommage au site ma-queue.com et, de manière générale, sur les zones de cruising, les délaissés urbains et le tiers paysages, en incluant des théorèmes mathématiques, des notions d’histoire de la musique, citant entre autres Bach et Ramanujan ; le tout avec un architecte et un flûtiste prof de math...
Puis, le projet a capoté car trop de matières, trop de talents, trop de temps aussi à L’L pour rechercher…
Après plusieurs discussions téléphoniques avec la directrice, Michèle Braconnier, qui était alitée à ce moment-là pour mal de dos aigu, nous avons convenu d’une nouvelle chance avant de me faire éjecter définitivement de la période essai de L’L.
Je résumerais nos discussions en ces quelques mots, qui m’ont marqué et en sont mon interprétation personnelle :
– Mais Mathieu, ici c’est un lieu de recherche, si tu sais déjà ce que tu veux, tu n’es pas au bon endroit. Viens ici, vierge de toute attente. Viens seul pour commencer, et tu verras. Tu es un faiseur de spectacle, mais qui est Mathieu Jedrazak au fond ?
Et en effet, elle avait raison : après avoir été interprète pour différentes personnalités du spectacle vivant, après avoir fait des objets spectaculaires par nécessité et impulsion, je n’avais jamais vraiment pris le temps de vivre cette introspection, sans un titre, sans un dossier, et sans un plateau à remplir...
Je l’en remercie.
Au final, je dirais simplement que la voix/voie est le fil conducteur de cette recherche… », Mathieu Jedrazak.

Mathieu Jedrazak est en recherche à L’L depuis décembre 2014 . Il s’agit ici de sa première recherche.



Axel Cornil et Valentin Demarcin | Vous avez vu ma ruine et vous avez eu peur

recherche en cours

Première présentation publique pour un tandem d’artistes en prise (volontaire) avec la question de la culpabilité dans notre société contemporaine. Telle était en tout cas le terrain de départ de cette première recherche à L’L pour Axel Cornil et Valentin Demarcin, acteurs, auteurs et metteurs en scène. Depuis, leur travail a davantage précisé ses sillons, tout en prenant l’élaboration d’un jeu de société comme première forme possible…

« Vous avez vu ma ruine et vous avez eu peur est une recherche qui analyse les effets du cadre sur l’individu.
Plus précisément, nous nous intéressons à la manière dont la culpabilité et la méritocratie pèsent sur nos décisions.
Que signifie réussir sa vie aujourd’hui ? Selon quels critères peut-on évaluer cette notion de réussite ? Comment parvenir à celle-ci ; ou pas ? Les questions initiales qui motivent notre recherche.
À la croisée (pour l’instant) entre l’étude sociologique et le jeu de société, nous comptons notamment interroger le rapport entre le ‘vivre ensemble’ et la réussite individuelle », Axel Cornil & Axel Demarcin.

 Axel Cornil et Valentin Demarcin sont en recherche à L’L depuis mai 2015. Vous avez vu ma ruine et… est leur première recherche à L’L.

 

 

    

©Flavie Leleu - FIRE OF EMOTIONS/ GENESIS      

©Sungjin Jung - Vorspiel op.3